JPG - 68.6 ko
Fig. 3. Travers-bancs 685
© A. Beyrie et É. Kammenthaler
PATRIMOINE

La mine de Baburet, état des recherches en archéologie minière (2007)

L’état des lieux en 2007

vendredi 13 juin 2008 par Argitxu Beyrie , Éric Kammenthaler

L’étude archéologique des mines de Baburet s’inscrit dans un projet de recherche général qui, depuis 2004, vise à reconstruire le paysage proto-industriel et industriel du haut Béarn sur la longue durée. Au sein du Programme Collectif de recherche intitulé « Dynamiques sociales, spatiales et environnementales dans les Pyrénées centrales » (coord. C. Rendu et D. Galop), le projet d’archéologie minière porte sur l’ensemble des vestiges miniers, minéralurgiques et métallurgiques conservés en moyenne et haute montagne, sur les territoires des vallées d’Aspe, d’Ossau et d’Ouzom. Il prend en compte tous les vestiges d’exploitation depuis les périodes protohistoriques jusqu’à 1962, date de la fermeture de la mine de Baburet.

Étude réalisée par A. Beyrie et É. Kammenthaler (IKER Archéologie), dans le cadre du programme défini ci-dessus : « Dynamiques sociales, spatiales et environnementales dans les Pyrénées centrales ».

En 2004 et 2007, diverses investigations ont été menées sur le site de Baburet, parmi lesquelles une recherche documentaire, des prospections sur le terrain (en souterrain et en surface), ainsi que des relevés topographiques et des sondages archéologiques. L’ensemble des travaux miniers encore accessibles a été exploré et prospecté (autorisations SRA Aquitaine n°04/56 et n°07/137).

1. Le gisement

La mine de Baburet est située sur la commune de Louvie-Soubiron, au-dessus et à l’ouest du village de Ferrières, en rive gauche de l’Ouzom. Les travaux sont compris entre 741 et 556 m d’altitude.

Le gisement exploité est un amas d’hématite vertical encaissé dans des calcaires du Dévonien, au contact des schistes du Trias. Hétérogène et irrégulier, il comprend quelques parties de fer carbonaté (ankérite et sidérite) associé à du quartz ainsi que quelques imprégnations locales de pyrite et de chalcopyrite. Le minerai de Baburet accuse dans l’ensemble une teneur de 49 à 50 % en fer. Exploité dès le XVIe siècle, et vraisemblablement depuis des périodes plus anciennes, le gisement fut épuisé en 1962.

2. Description générale des ouvrages miniers

2.1. Les travaux antérieurs à 1866

C’est au baron de Dietrich [1] que l’on doit la première description de la mine de Baburet, c’est-à-dire vers 1786, à l’époque où elle est exploitée pour le compte de J.-P. d’Angosse.
L’exploitation était alors menée à partir d’une galerie en travers-bancs, qui se développait sur 70 toises (136 m) avant de rejoindre la minéralisation. Les chantiers conduits depuis cet accès avaient pénétré l’amas d’hématite sur plus de 270 toises (526 m) de profondeur à l’horizontale. L’extraction était réalisée au pic, sans utilisation de poudre, selon la technique des chambres à piliers.
Le personnel employé à la mine comprenait quatorze mineurs (sept « piqueurs » et sept « corbeilleurs » travaillant en couple), et un forgeron. La production journalière était de 84 quintaux, soit 3,4 tonnes [2].
Le minerai était grillé sur place avant d’être transporté à dos de mulets aux forges de Nogarot et de Saint-Paul, appartenant toutes deux à la famille d’Angosse. La « forge du milieu » et la « forge de dessus » avaient été converties en martinets, dont l’un servait à loger le personnel de la mine.
En 1866, les travaux étaient descendus jusqu’à 40 m de profondeur au-dessous du travers-bancs, mais l’aval pendage paraissait encore susceptible de livrer d’importantes ressources.

2.2. Les travaux du XXe siècle

Les travaux de la mine au XXe siècle consistaient en plusieurs travers-bancs situés aux cotes 556, 620, 685 et 741, la galerie du niveau 685 correspondant au travers-bancs foncé au XVIIIe siècle. Le minerai extrait à partir des deux niveaux supérieurs était descendu, par le biais de puits intérieurs, jusqu’au travers-bancs 620. Ce niveau, qui desservait les travaux les plus importants, était relié au niveau inférieur 556 par un plan incliné automoteur extérieur. Les wagonnets chargés de minerai atteignaient ainsi le niveau supérieur des trémies de stockage (556 m), le niveau inférieur des trémies, c’est-à-dire la voie de chargement, étant situé à la cote 547.
Le travers-bancs inférieur servait à l’exploitation des parties basses de l’amas d’hématite. Les chantiers entrepris depuis ce niveau atteignirent la cote 530. Le minerai qui en était extrait était transporté jusqu’aux trémies de stockage.
L’abattage était réalisé à l’explosif, à l’aide de perforateurs pneumatiques. Les stériles étaient stockés à l’intérieur de la mine, ils servaient à remblayer les chambres d’exploitation.

3. Les vestiges archéologiques conservés

Les vestiges de cette importante activité minière sont relativement ténus.

- Le travers-bancs 556 débouche en bordure d’une route, son entrée fermée par une grille métallique. Juste au-delà de la grille, un éboulement massif interdit tout accès au réseau souterrain.

JPG - 155 ko
Fig. 1. Entrée du travers-bancs 620
© A. Beyrie et É. Kammenthaler

- Le travers-bancs 620 s’ouvre en amont d’une plate-forme constituée de haldes, à proximité du plan incliné dont quelques vestiges sont encore conservés dans la forêt (murs maçonnés, rampe…). L’entrée du niveau d’exploitation principal est actuellement fermée par un muret en pierres sèches (Fig. 1). La large galerie (larg. 3 m) est accessible sur une centaine de mètres, un éboulement produit sur une zone d’altération interdisant définitivement l’accès au reste du réseau souterrain.

JPG - 70.9 ko
Fig. 2. Travers-bancs 620
Muret en pierres sèches. © A. Beyrie et É. Kammenthaler

Des aménagements sont malgré tout conservés dans la portion de galerie visitable : on y relève encore les empreintes des traverses d’une voie de roulage, des murets de soutènement en pierres sèches et une rigole creusée dans la partie droite de l’ouvrage pour l’évacuation des eaux (Fig. 2).

JPG - 68.6 ko
Fig. 3. Travers-bancs 685
© A. Beyrie et É. Kammenthaler

- Le travers-bancs 685 (Fig. 3) se développe actuellement sur une cinquantaine de mètres avant de buter sur un éboulement. La galerie est un ouvrage étroit, insuffisamment aéré et très fragile compte tenu de l’état d’altération des schistes encaissants.

- L’entrée du travers-bancs 741 est masquée par un chaos de blocs résultant de l’effondrement de la couronne des travaux souterrains. Il n’est plus possible de pénétrer dans cette partie du réseau.

- Les vestiges de travaux à ciel ouverts menés à l’affleurement de la minéralisation ont en revanche été reconnus dans la partie haute de l’exploitation, de même que les restes de deux cabanes en tôle, installées par les mineurs au débouché du travers-bancs 741.

- Outre ces quatre galeries, les vestiges d’une dynamitière souterraine ont été découverts à une centaine de mètres du travers-bancs principal. Cet ouvrage, qui n’est pas signalé dans la documentation d’archive consultée, est parfaitement conservé. La dynamitière était fermée par une porte et isolée par un merlon aménagé à l’extérieur, en face de son entrée. La porte donnait accès à une galerie rectiligne, qui à 42 m du jour était barrée par une seconde porte munie d’un trou d’aérage. Au-delà de ce couloir d’entrée, s’ouvrait une chambre souterraine, dont la moitié gauche servait de zone de stockage. Dans la partie droite de la chambre, un mur maçonné présentant un orifice d’aérage ferme l’accès à d’anciens travaux miniers en galerie. Les vestiges de cette exploitation antérieure à la dynamitière se développent sur quelques dizaines de mètres de longueur, sur un filon de calcite.

D’une manière générale, à l’exception de la dynamitière, les ouvrages souterrains de Baburet sont en très mauvais état de conservation. Force est de constater que le réseau minier le plus important de la région est aujourd’hui totalement inaccessible. La fragilité des ouvrages et les imposants éboulements y interdisent toute perspective d’étude en archéologie minière.

4. Les travaux miniers de la dynamitière

JPG - 44.5 ko
Fig. 4. Plan de la dynamitière
© A. Beyrie et É. Kammenthaler

Le petit réseau de la dynamitière peut être divisé en trois ensembles distincts : la galerie en travers-bancs d’entrée, la salle de stockage et un petit réseau « ancien » situé au-delà de la salle de stockage (Fig. 4).

JPG - 119.3 ko
Fig. 5. Entrée de la galerie de la dynamitière
© A. Beyrie et É. Kammenthaler

- La galerie d’entrée est rectiligne, dirigée au nord-ouest sur 42 m. Entièrement ouverte à l’explosif dans les schistes, elle présente une section régulière moyenne de 2 x 2 m et une pente très faible proche de l’horizontale. Les quinze premiers mètres de ce travers-bancs ont été boisés. A l’entrée, une porte était placée dans un encadrement maçonné (Fig. 5). Une seconde porte a également été posée dans un cadre bétonné à 42 m du jour, à l’entrée de la salle de stockage. Aucun système de roulage ne semble avoir été installé dans cette galerie. A quelques mètres avant la porte de la salle, un muret et des remblais masquent l’entrée d’une galerie dirigée au nord-est.

JPG - 72.5 ko
Fig. 6. Zone de stockage de la dynamitière
© A. Beyrie et É. Kammenthaler

- La salle de stockage est composée de deux réduits situés en vis-à-vis, de part et d’autre de l’arrivée du travers-bancs d’entrée. Le réduit Ouest (7 x 2,3 x 2,3 m) est équipé de deux séries de cinq étagères à quatre plateaux pour entreposer l’explosif. Ces aménagements ont été réalisés en maçonnerie pour les montants et en bois pour les tablettes (Fig. 6). Le réduit Est faisant office de salle anti-déflagration (5 x 2,2 x 2,2 m) a partiellement été réalisé en béton (paroi Sud et plafond).

JPG - 115.9 ko
Fig. 7. Entrée murée de la galerie après la dynamitière
© A. Beyrie et É. Kammentaler

- Au-delà de la salle de stockage, au nord-est, une galerie plus ancienne se développe vers le nord et l’est. L’ouvrage est accessible sur une quarantaine de mètres. L’accès à cette partie de la mine a partiellement été condamné par un mur en béton (Fig. 7). Les dix premiers mètres de cette galerie sont assez mal conservés et semble avoir été ouverts à travers des remblais colmatés voire concrétionnés. L’origine de ces remblais est indéterminée.

JPG - 114.2 ko
Fig. 8. Réseau de la dynamitière, murets de stockage
© A. Beyrie et É. Kammenthaler

Au-delà de cette zone, la galerie a été ouverte en roche très dure sur environ 5 m par la technique de l’abattage par le feu. Quelques petits murets (Fig. 8) ont été édifiés sur les bords de la galerie afin d’assurer le stockage sur place de stériles issus de l’abattage par le feu (plaquettes d’abattage, charbon de bois) (Fig. 9).

JPG - 131.3 ko
Fig. 9. Réseau de la dynamitière, stériles d’abattage par le feu
© A. Beyrie et É. Kammenthaler

La suite de la galerie, toujours creusée du sud vers le nord se dirige sur 4 m dans la même direction jusqu’à un contact quartzites/conglomérat. Cette partie du réseau a été ouverte à l’explosif en roche dure à l’aide de poudre noire et de fleurets de fort diamètre (Ø = 4 cm) (Fig. 10). Au-delà du contact, la galerie se dirige plus à l’est en roche assez friable. Bien que les traces d’abattage ne soient pas clairement identifiables, il semblerait que cette partie de l’ouvrage fut également percée à l’explosif.

JPG - 71 ko
Fig. 10. Réseau de la dynamitière, travail de taille à l’explosif
© A. Beyrie et É. Kammenthaler

A 7 m au nord-est du contact quartzites/conglomérat, un second contact conglomérat/schistes a été croisé. Au-delà de ce contact géologique, l’ouvrage se poursuit sur une quinzaine de mètres vers l’est, jusqu’à un éboulement. Cette extrémité du réseau, creusée en roche plus tendre, a été ouverte à la pointerolle. Les traces laissées par les attaques à l’outil laissent penser que cette galerie a été ouverte de l’est vers le sud, dans le sens opposé au reste du réseau de la dynamitière (Fig. 11). A 7 m du contact, une faille naturelle partiellement accessible a été croisée au sol de la galerie.

JPG - 87 ko
Fig. 11. Réseau de la dynamitière, travail de taille à la pointerolle
© A. Beyrie et É. Kammenthaler

L’observation des sens de creusement, de l’alternance des techniques d’abattage et des pendages des portions de galerie laisse penser que cet ouvrage a été ouvert depuis deux directions opposées réalisant ainsi une jonction située entre les deux contacts géologiques : une première équipe de mineurs arrivant du jour, une seconde travaillant depuis l’intérieur de la mine, depuis les zones minéralisées du gisement de Baburet, zones aujourd’hui totalement inaccessibles.

La succession des différents modes de percement adaptés à la dureté de la roche et l’utilisation de poudre noire et de fleurets de fort diamètre montrent que le percement du réseau de la dynamitière peut être attribué aux activités comprises entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Une seconde étape, au XXe siècle cette fois, consista à re-calibrer les quarante premiers mètres du réseau puis à percer et à installer la dynamitière. Cette dernière phase comprend le muraillement partiel des anciens travaux et le bétonnage des zones devant être sécurisées.

[1] Baron de Dietrich. Description des gîtes de minerai, des forges et des salines des Pyrénées. p. 388 à 390, sur le site Gallica de la BNF.

[2] Le quintal en usage aux forges valait 41 kg. Cf. Grand livre de la forge de Nogarot, Arch. dép. des Pyr.-Atl., 1 J 1526.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 887426

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 3 Métallurgie  Suivre la vie du site 2 Mines de fer  Suivre la vie du site La mine de Baburet   ?

Conception/Design : Stockli / Nay + Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License