Sport et géologie

La carrière d’Arthez-d’Asson

Escalade en falaise

mardi 24 février 2015 par Émile Pujolle

L’ancienne carrière d’Arthez-d’Asson - ou du moins la partie occidentale et la partie centrale de la paroi - est devenue une falaise d’escalade appréciée pour l’initiation des débutants.

L’histoire de cette carrière reste à écrire : carrière de matériaux de construction, ou de granulats ?

Comment visualiser les cartes géologiques du BRGM sur InfoTerre, Géoportail et Google Earth ?

Et sur NASA World Wind ?

Situation et accès

La carrière se trouve en bordure de la route départementale D 126 d’Arthez-d’Asson à Ferrières, à 600 m au sud du village : au second virage « à angle droit », prendre sur la droite une petite route qui conduit, en 150 m, au vaste terre-plein de la carrière.

- Coordonnées géographiques : 00° 15’ 32" Ouest, 43° 05’ 04’’ Nord.

- La carrière d’Arthez-d’Asson sur Géoportail (accès à toutes les couches).

- Nota : Après avoir été longuement interdit par la Mairie d’Arthez-d’Asson (arrêté municipal du 28/08/98 suite à des dégradations), ce site est actuellement totalement ouvert au public grâce à l’équipement mis en place par le Comité départemental 64 de la Fédération française de la montagne et de l’escalade (FFME).


Géologie

GIF - 445.9 ko
Carte géologique
Arthez-d’Asson

Arthez d’Asson sur la carte géologique BRGM Lourdes au 1/50 000.
Vue « en relief », en oblique vers le nord.
- Cliquer sur la carte pour l’agrandir.
- Voir les articles concernant les lieux cités :

La carrière est ouverte au flanc de la Pène de Cousset qui fait partie d’un ensemble de chaînons calcaires du front nord pyrénéen. Dans la région de l’Ouzom, la longue barre rocheuse du Pic Céberi, avec le Castet Oussès et le Castet Mauhèit se prolonge vers l’ouest par la Pène de Cousset et le Soum de la Brèque. La Pène de la Hèche et, plus au sud, le Monbula, l’Estibette et la crête Mondragon-Jaout font également partie de la même formation. Les calcaires extraits à Arudy sous le nom impropre [1] de « marbre d’Arudy » font partie du même ensemble. L’actuelle carrière d’Asson, au Castet Mauhèit, exploite ces calcaires en granulats de toutes dimensions : elle se substitue à une ancienne carrière de « marbre » (similaire au calcaire d’Arudy) de couleur gris-bleuté utilisé pour la construction locale.

JPG - 130.1 ko
Encadrement de fenêtre
« Marbre d’Asson » © É. Pujolle

Il s’agit de calcaires subrécifaux de faciès urgonien  [2] , caractérisés par des fossiles du genre Toucasia  [3] bien visibles sur certaines zones au bas et au fond de la carrière : ce sont ces fossiles qui donnent les « virgules » ou les croissants blancs caractéristiques des marbres d’Arudy. Ces roches sont d’âge « aptien supérieur » (Crétacé inférieur, environ 110 millions d’années). Les mouvements tectoniques les ont, ici, inclinées jusqu’à un pendage (une inclinaison) de 70° environ vers le sud-sud-est.

GIF - 280.7 ko
Carrière d’Arthez-d’Asson
Miroirs de faille et de diaclase

La formation de failles [4] dans ces gisements a laissé ses traces sous la forme de « miroirs de failles ». La fracturation transversale des couches à produit un réseau de diaclases (cassures dont le plan est perpendiculaire à celui des couches) : un beau « miroir de diaclase » est visible au centre de la paroi.


Histoire

L’histoire de la carrière est mal documentée. Date d’ouverture, de fermeture, entreprise, nature des matériaux extraits ?

Il est peu probable qu’on y ait extrait ces « marbres » ou ces dalles épaisses qui, dans les environs, proviennent plutôt de la carrière d’Asson.

Et, malgré une « rumeur tenace », ce n’est pas une carrière de dolomie et elle n’a pu servir ni à la production des produits agricoles à base de dolomie fabriqués à Arthez-d’Asson en 1922, ni à alimenter l’usine de l’Artigue de la borde pour la fabrication de dolomie frittée [5].


Escalade

La carrière utilisée comme école d’escalade est dénommée « falaise » sur les sites qui la répertorient.

On dénombre une vingtaine de voies équipées de spits et plaquettes ou de broches pour l’assurance. Deux secteurs ont été équipés (voir, sur le site de la carrière le panneau de la FFME reproduit ci-dessous). Les autres secteurs sont dangereux et impropres à une pratique sûre (roches ébouleuses ou fragilisées). Les voies ont été ouvertes pour exploiter au maximum les miroirs de faille très lisses qui se gravissent « en adhérence ».

GIF - 107.1 ko
La falaise d’Arthez-d’Asson

GIF - 157 ko
La liste des voies et leur cotation

Deux sites donnent des renseignements techniques particulièrement détaillés sur la « falaise » d’Arthez-d’Asson.

- La falaise d’Arthez-d’Asson sur le site de la Fédération française de la montagne et de l’escalade (FFME) et un topo du site sous forme de photographies annotées (3,1 Mo).
- Le site de Camptocamp.


Les cartes géologiques au 1/50 000 de la France sur InfoTerre, Géoportail et Google Earth

-  InfoTerre est le visualiseur proposé par le BRGM. Ce système d’information géographique, extrêmement complet, donne accès à une multitude de renseignements et de cartes, dont les cartes géologiques au 1/50 000, leurs légendes et leurs notices.

-  Géoportail donne accès aux cartes géologiques au 1/50 000. Il suffit d’ouvrir la couche « carte géologique » dans l’onglet « données de base ». Avec cette visualisation, on n’a accès ni aux légendes explicatives, ni aux notices.

- Le BRGM et Google Earth ont conclu un accord de partenariat qui permet la visualisation des cartes géologiques de la France au 1/50 000 en 3D. Avec les mêmes restrictions que pour Géoportail.

  • Aller sur le site de InfoTerre
  • Ouvrir l’onglet Pour aller plus loin, puis
  • Ouvrir Liste des données,
  • puis Géoservices (OGC)
  • en bas de page, un tableau présente les données disponibles dans différents formats dont KML GEOL_1000 pour les cartes au millionème et au 1/50 000 et KML GEOL_50 pour les cartes au 1/50 000 uniquement. Téléchargez ces fichiers et ouvrez les dans Google Earth.

La procédure de chargement, les limites du système et les améliorations qu’on peut lui apporter sont parfaitement explicitées sur le site Planet Terre

- Pour la visualisation en 3D, le logiciel Google Earth doit avoir été, au préalable, installé sur l’ordinateur.


Les cartes géologiques au 1/50 000 de la France sur NASA World Wind

GIF - 916.6 ko
Image NASA/BRGM
La vallée de l’Ouzom

- NOTE (novembre 2012). L’installation de World Wind ne se fait plus aisément. Il n’y a pas de version disponible sous Linux ni sous Mac. Le logiciel qui date de 2005 ne semble pas avoir été remis à niveau

Toutefois, une nouvelle offre de la NASA est en ligne : il s’agit d’un ensemble de logiciels open source dont l’installation ne parait pas très simple...

Le logiciel NASA World Wind (version 1.4) permettait une visualisation encore plus « remarquable » que celle proposée par Google Earth. L’installation et l’utilisation du logiciel demandent toutefois un petit apprentissage, ainsi que la manipulation des boutons de la souris, notamment le bouton droit.

- Charger la dernière version du logiciel World Wind (version 2.0) que l’on trouvera sur la toile et installer World Wind.

- Rechercher et charger le plugin Géoportail/BRGM. On peut le trouver sur le site Hermetica. L’installer puis l’activer dans le menu plugins de NASA World Wind, avec la fonction load.

- Normalement... l’icone BRGM apparaît dans le menu.

Le site Opalesurfcasting donne des explications complémentaires sur cette installation.


AVERTISSEMENT

La simple observation des cartes géologiques du BRGM, même en 3D avec ombres portées, ne saurait suffire à comprendre la géologie particulièrement complexe de la vallée de l’Ouzom.

Les images proposées par les sites Google Earth et NASA restent de belle images. Pour une étude plus approfondie, il faudrait, d’abord, étudier la légende de la carte géologique proposée sur le site d’Infoterre et télécharger également la notice de la carte géologique « BRGM Lourdes »...

Pour une approche approfondie... et déjà fort « savante », on pourra se reporter au guide géologique des Pyrénées occidentales cité dans la bibliographie ci-dessous.


Bibliographie et sources

- Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), Carte géologique au 1/50 000, feuille Lourdes.
- A. Debourle et R. Deloffre, Pyrénées occidentales, Béarn, Pays basque, 1980, Masson, Guides géologiques régionaux, itinéraire 2, p. 52.
- J.-C. Fischer, Fossiles de France et des régions limitrophes, 1980, Masson, Guides géologiques régionaux.
- Raoul Deloffre, Jean Bonnefous, Michel Hervouet, Les églises romanes des Pyrénées-Atlantiques, leurs matériaux de construction, 1992, La Rochelle, imprimerie de l’Ouest.
- Teddy Auly, Quelques morphologies de rapport karst/glaciaire dans les Pyrénées (France), Université de Pau et des Pays de l’Adour
- France Carrière, Sources de l’Aygue Blanque et de l’Aygue Nègre et système karstique qui les alimente.
- Et pour de belles images les photographies de Jean Jacques Stockli aux sources d’Aygue Blanque.

- Site de la Fédération française de la montagne et de l’escalade (FFME)
- Site de Camptocamp

couche cartes geologiques

[1] Marbre. Un marbre provient d’une roche calcaire cristallisée par métamorphisme. Les calcaires d’Arudy ne sont pas cristallisés, mais on appelle couramment marbre toute roche susceptible d’être polie... c’est ainsi que les marbriers travaillent aussi le granite, qui est une roche magmatique.

[2] Calcaires subrécifaux de faciès urgonien. Ce sont des calcaires de couleur claire, d’origine marine, provenant d’une importante accumulation de fossiles de bivalves marins (Rudistes) et de foraminifères (Orbitolinidés). Ces dépôts se sont accumulés à proximités ou autour de récifs.
Faciès. Catégorie dans laquelle on peut ranger une roche ou un terrain, cette catégorie étant déterminée par un ensemble de caractères lithologiques ou paléontologiques.
Faciès urgonien. Faciès à Rudistes et Orbitolinidés caractérisé par des calcaires récifaux, blancs, massifs, formant des corniches. Terme introduit par Alcide d’Orbigny en 1847 pour désigner un sous-étage du Néocomien (base du Crétacé). Cet auteur en donne une description originale à partir des formations calcaires récifales d’Orgon (Bouches-du-Rhône).

[3] Toucasia. Mollusque bivalve récifal de la famille des Rudistes. La valve inférieure, qui peut être la droite ou la gauche et sur laquelle l’animal est fixé, est la plus grande. La valve supérieure est nettement plus petite (operculaire).
Apparus au Jurassique supérieur, les rudistes ont connu un développement important au Crétacé. Ils vivaient dans des mers tropicales et subtropicales où parfois ils étaient en si grand nombre qu’ils formaient des colonies en tapis denses et étendus.

[4] Faille. Cassure de terrain avec déplacement relatif des parties séparées. Le frottement des compartiments l’un sur l’autre peut polir les lèvres de la faille, donnant des miroirs de faille. Ici, ils sont apparents à la suite de l’enlèvement des matériaux du compartiment antérieur lors de l’exploitation de la carrière.

[5] Les roches dolomitiques d’âge jurassique, donc de formation plus tardive que les calcaires d’Asson ou d’Arudy se rencontrent plus au sud , à hauteur de la ferme Turonnet, puis après le pont de l’arressec au niveau de l’ancienne usine de l’Artigue de la borde


Topo escalade Arthez-d’Asson

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 565394

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 Vallée de l’Ouzoum  Suivre la vie du site 2 Histoire / Patrimoine   ?

Conception/Design : Stockli / Nay + Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License